Aide en ligne

A propos du plan d'urgence

Quand vous diminuez ou arrêtez votre pratique des jeux, il  peut arriver des moments où vous retournez à vos anciens excès. Pas de panique ! Il est normal de ne pas y arriver du premier coup. Un changement de comportement constitue, en général, un processus comportant à la fois des accrocs et des réussites. Pour un alpiniste, l’ascension d’une paroi n’est pas sans risques, un faux pas est possible, et même probable. Pourtant, il ne se retrouve pas au pied de la montagne, il ne chute que de quelques mètres, puisqu’il avait pris soin de s’assurer. Il inspecte la paroi, se demande quel autre chemin emprunter, retrouve une accroche et continue à grimper. En savoir plus sur les différentes étapes de changement de comportement, cliquez ici.

Le plan d’urgence est, à l’instar du matériel d’escalade, une façon de vous « assurer » en cas de dérapage. Pratiquement, c’est un exercice qui vous invite à lister des pistes concrètes et immédiatement applicables en cas de faux-pas. L'objectif est double, prévenir une rechute majeure et reprendre au plus vite le chemin de votre objectif, sans culpabilisation excessive. 

Avec un plan d’urgence, il est question d’anticiper ce que vous allez faire et ce que vous allez penser immédiatement après un faux pas.

En quoi cela peut-il être important ?

Nos pensées et nos croyances influencent souvent, dans une large mesure, nos actions et nos sentiments. En général, ces pensées ne sont pas conscientes et raisonnées. On parle ainsi plutôt de «pensées automatiques» ou de «croyances inconscientes». Après un faux pas ou une rechute,  vous pourriez avoir des pensées qui alimentent votre envie de jouer. Par exemple : «tout est à nouveau perdu», «je ne fais aucun progrès», «je ferais tout aussi bien de continuer à jouer», «c'est bien la preuve que je n'ai aucune volonté», etc. Peu à peu, ces ruminations pleines de culpabilité vous plongent dans le brouillard et la confusion.

Le plan d’urgence, par des actions concrètes sur votre comportement et sur vos pensées, vous aide à retrouver le fil de votre objectif. Envie de découvrir cet exercice et d’autres outils, inscrivez-vous sur l’Aide en ligne en cliquant ici

Imaginons un participant qui a pour objectif d’arrêter de jouer. Il a maintenu son arrêt durant 2 mois, jusqu’à ce qu’il apprenne le refus de sa promotion. Après deux soirs de jeu intensif, il s’en veut d’agir si stupidement, il se sent nul, incapable d’aider sa mère et de réussir quoi que ce soit. Il va voir le plan d’urgence qu’il a rédigé pour lui et lit :

Ce que je ferai après un faux pas:

  • Téléphoner à Laurent qui connaît mes difficultés et pourra m’écouter.
  • Poster un message à ma psychologue du programme aide-aux-joueurs
  • Ranger l’appartement  et sortir au bois avec mon chien si j’en ai la possibilité.
  • Si je joue en ligne, bloquer les sites de jeux. 
  • Aller à la prochaine séance de groupe de soutien.
  • … 

Ce à quoi je penserai après un faux pas:

  • Il n’y a pas d’échec, seulement du feedback.
  • Plus je joue, plus je perds. 
  • Je vais penser à mon bien-être, sans jouer. 
  • Je veux me reprendre en main, je sais ce que je veux
  • Je pense à l’image de l’alpiniste
  • …  

Il téléphone à son ami qui l’invite à le rejoindre chez lui en soirée. Il décide, en attendant, de ranger son appartement, de vider son pc des raccourcis jeux et d’aller nager. Après ces actions, il prend un peu de temps pour mettre en mots ce qu’il vit, il poste un petit message à sa psychologue. Il repense en quoi l’arrêt est importante pour lui. Il se demande en quoi ce faux-pas peut lui être utile et se dit qu’il l’abordera avec son ami en même temps que son refus de promotion. 

Vous souhaitez un coup de main pour élaborer votre propre plan d’urgence ? C’est possible, inscrivez-vous sur notre programme d’Aide en ligne en cliquant ici.

Maintenant, si vous observez une accumulation de faux pas, que cela vous culpabilise, vous frustre et alimente un mal-être, il serait peut-être important de vous pencher sur votre objectif. Est-il adéquat, devez-vous envisager une diminution plus progressive ? Viser une abstinence durable en vous donnant de nouveaux moyens ?