Entourage

Informations pour les parents

En Belgique, l’initiation aux jeux de hasard et d’argent commence souvent bien avant la majorité. Un billet à gratter de la Loterie nationale, une partie de poker entre amis ou en ligne, un pari sportif, etc. Jouer tôt aux jeux d’argent n’est pas à sans risque de développer plus tard des comportements excessifs. 

En tant que parents, vous êtes peut être inquiets des comportements de votre enfant envers le jeu. Que pouvez-vous envisager ? Comment aborder la question ? En soi, il n’y a pas de réponse toute faite à vos questionnements. Tout dépend de...

  • L'âge de votre enfant. Est-il mineur ou majeur ? Sachant que légalement, les paris sportifs et jeux de loteries sont accessibles dès 18 ans.  
  • Votre relation et de la qualité de celle-ci.
  • La gravité de la situation. Y a-t-il des dettes ? A quels jeux joue-t-il ? Joue-t-il trop d’argent par rapport à son budget ? Joue-t-il trop longtemps et trop souvent ?  
ouders gokkers

Quel comportement adopter en tant que parent ?

Il est impossible d'aborder en détail toutes les situations imaginables. Nous vous proposons ci-dessous une série de pistes de réflexions. 

  • Laissez de la place à la discussion autour des jeux de hasard. S’agit-il d’une expérience de jeu ou d’une habitude bien installée? A quoi joue-t-il et comment ? Seul ou avec des amis ? En ligne, via son smartphone, son pc ? Tentez ensemble de comprendre ce qui est recherché dans le jeu et les conséquences que cela entraîne ou peut entraîner dans l’avenir.
  • Parlez lui aussi de vous même, de votre façon de vivre ses comportements. Inquiet, en colère peut-être, expliquez des faits et comportements précis qui alimentent ces ressentis. Par exemple, il vous a demandé 3 fois une aide financière en un mois, vous observez qu’il dort de plus en plus tard, qu’il n’a plus d’argent de poche le jour même où il le reçoit, qu’il a des tickets de paris dans sa poche, etc.  
  • Fixez également clairement vos limites, certainement par rapport à l’argent. Il est tentant par exemple de rembourser les dettes liées aux jeux de votre enfant. Bien que cette “solution” provoque du soulagement à court terme, elle ne remet pas fondamentalement en question ses comportements. Comment lui permettre de se responsabiliser vis-à-vis de ses dettes ? Autrement dit avoir une part active dans leur remboursement. D’ une famille à l’autre, les limites et accords sont différents. Qu’est-ce qui fait sens pour vous et votre enfant ? Que se passera-t-il si l’accord n’est pas respecté ? 
  • Pour un mineur, la loi est claire, c’est interdit. A partir de 18 ans, sont autorisés les paris en agence et en ligne, les jeux de bingo les cafés, ainsi que les jeux de tirage et de grattage de la Loterie nationale. A partir de 21 ans, il est permis d’entrer dans un casino, une salle de jeux et d’ouvrir un compte joueur sur les sites de casinos en ligne. Cette interdiction est une question de protection. En effet, l’initiation précoce aux jeux de hasard et d’argent peut faciliter le développement d’un rapport au jeu problématique.
  • Tenez compte du fait que vos enfants grandissent et qu'ils attachent plus d'importance aux opinions de leurs pairs. Le besoin d'être accepté par un groupe de pairs est souvent essentiel pour les jeunes. Même si vous pensez, en tant que parents, que votre fils/fille devrait jouer moins, leurs amis peuvent avoir un avis très différent.
  • Il est généralement inutile de vous interroger sur votre responsabilité par rapport au jeu excessif de votre enfant. Il y a peut-être eu des conflits par le passé et sans doute des situations que vous auriez voulu mieux gérer. Cela n'explique pas un jeu excessif. Cette culpabilité peut d’ailleurs vous amener à couvrir les excès de votre enfant, quitte à vous mettre vous même en difficulté. 
  • Si vous êtes confrontés, en tant que parents, à un blocage dans la communication avec des enfants qui grandissent, il peut être intéressant d'en parler avec d'autres parents. Il est utile d'examiner la situation avec du recul ; peut-être que cela vous apportera de nouvelles idées.
  • Préservez-vous. Etre confronté, en tant que parent, à un enfant, à un adolescent ou adulescent en difficulté peut absorber beaucoup d'énergie. Parfois, vous courez le risque d'être «obnubilés» par ce problème et de vous épuiser. Prenez soin de vous, autorisez-vous à sortir, à vous détendre et au besoin, à discuter de votre inquiétude avec un psychologue.
  • Vous pouvez évoquer avec votre enfant majeur la possibilité de se faire interdire l'accès aux salles de jeux et casinos en Belgique (bientôt également valable pour les agences de paris). Idéalement, il s’agit d’une démarche volontaire d’auto interdiction, finalisée par votre enfant en complétant le formulaire de demande d'interdiction volontaire. Une fois renvoyé à la Commission des jeux, l’interdiction est active. Néanmoins, vous avez aussi la possibilité de demander vous-même l’interdiction d’accès pour votre enfant. Cette procédure est plus longue et délicate que la procédure de demande d’interdiction volontaire étant donné qu’elle prévoit l’audition de votre enfant par la Commission, laquelle se réunit chaque premier mercredi du mois. Elle constitue cependant une meilleure protection de par la durée minimum d’interdiction et l’examen par la Commission de toute demande de réintégration. Télécharger le formulaire d’interdiction par un tiers en cliquant ici

Bon à savoir. La procédure de demande d’interdiction par un tiers peut être effectuée parallèlement à une demande d’interdiction volontaire car il s’agit de deux procédures distinctes. 
Vous trouverez de plus amples informations à propos de ces interdictions en cliquant ici.

Que faire si vous avez d'autres enfants ?

Si vous avez d'autres enfants, ils sentiront, tôt ou tard, que quelque chose ne va pas. Ils peuvent aussi se retrouver directement confrontés aux aspects négatifs de la difficulté de leur frère/sœur. Dans ce cas, essayez de leur expliquer ce qui se passe. Faites-le à un moment où vous êtes calme et essayez de les préserver de vos propres préoccupations.

Une aide professionnelle ? Où pouvez-vous poser vos questions ?

  • Besoin d’être orienté vers un service d’aide aux joueurs proche de chez vous ? Vous pouvez prendre contact avec SOS JEUX au 0800/35.777.
  • Vous avez des questions sur le jeu excessif contactez Infor-Drogues au 02/227.52.52 du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h ou l’asbl Pélican au 02/502.08.61, de 9h à 16h30.
  • Besoin urgent de parler, d’être écouté dans l’anonymat, appeler le 107. 
  • Pour avoir une information plus précise de l’aide disponible aux joueurs, cliquez ici