Actualités

Limitation des paris sportifs virtuels

Il va y avoir des changements en termes de limitation des paris sur des évènements sportifs virtuels et de prévention et protection des individus vulnérables, fragiles et potentiellement influençables. Il ne sera bientôt plus possible de parier de manière illimitée sur des évènements sportifs virtuels.

D’un côté le gouvernement fédéral peaufine les arrêtés royaux destinés à régulariser et encadrer ce type de jeux. De l’autre, le tribunal de première instance a enjoint l’Etat belge à contraindre le régulateur du secteur à faire cesser l’exploitation des paris et matchs virtuels par Derby (agences de paris Ladbrokes). Derby pourrait recevoir des amendes assez lourdes s’il ne cesse pas d’exploiter ces matchs virtuels qui resteront illégaux jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle législation, d’ici quelques mois. A voir si ces amendes de 50.000 euros par jour et par machine, jusqu’à maximum 10 millions d’euros, seront appliquées.

En effet, ce type de jeu peut induire des effets illusoires et malsains chez les consommateurs vulnérables. Un des effets pervers est qu’en pariant sur des pseudos équipes utilisant le nom de clubs nationaux ou internationaux connus crée l’illusion d’une maîtrise sur le résultat lié à de prétendues connaissances sur les compétitions sportives. De plus, l'intervalle entre chaque nouvelle partie est très court +/- 5 minutes et par conséquent non seulement paupérise rapidement le joueur et aussi le conditionne au résultat immédiat, le maintien en état d’excitation, inhibe la réflexion, alimente et développe l’impatience accompagnée de frustrations. Il est essentiel d’insister sur le fait que le résultat est généré par un algorithme favorable à l’exploitant. Les jeunes à partir de 18 ans y sont particulièrement sensibles.

Selon la nouvelle législation, ces jeux seront dès lors considérés comme des jeux de hasard automatiques, comme les autres machines à sous, et non plus comme des paris sportifs. L’âge minimum pour y jouer sera donc 21 ans. Ils devront être équipés d’un lecteur de carte d’identité et liés au système EPIS (système d'interdiction de casinos et de salles de jeux). La perte horaire maximale sera de 12,5 euros.

Les opérateurs qui souhaitent exploiter ce type de jeux devront avoir une licence octroyée par la Commission des jeux d’agence de paris de classe IV.

Le ministre Koen Geens annonce que la Commission des jeux se verra renforcer de 20 collaborateurs supplémentaires pour assurer et renforcer les contrôles. La Commission des jeux en fait la demande depuis bien longtemps…

Nous ne pouvons que nous réjouir de cette nouvelle règlementation qui clarifie la situation de nouveaux types de jeux à risque d’addiction élevés.

Sources :

https://www.lecho.be/entreprises/divertissement/Les-paris-sur-matchs-virtuels-prohibes-Ladbrokes-tremble/9985594

www.dhnet.be/actu/faits/paris-virtuels-amende-record-contre-ladbrokes-5a8f2039cd70f0681dd6b2f0

https://www.jubel.be/fr/parier-de-maniere-illimitee-sur-des-evenements-sportifs-virtuels-ne-sera-plus-possible-2/